Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 2]

    26 Re: Europa Park dans la presse
le Lun 20 Avr 2009 - 12:38

chesterbn


Europa Park est à nouveau à la une des DNA, au programme, on parle un peu des nouveautés mais principalement des employés alsaciens.

Première page :

https://servimg.com/image_preview.php?i=285&u=11415497

L'article :

https://servimg.com/image_preview.php?i=286&u=11415497
https://servimg.com/image_preview.php?i=287&u=11415497
https://servimg.com/image_preview.php?i=288&u=11415497

(Mes excuses pour la qualité d'image, mais j'ai pas réussi à faire mieux)

    27 Re: Europa Park dans la presse
le Ven 24 Avr 2009 - 12:38

Nico21


Je met en ligne un lien vers une série de reportages sur le spectacle de l'arène espagnole passé cette semaine sur france 2 au journal de 13h. On voit entre autre les artistes tester Blue Fire. Cette série de reportage est intitulée : "à corps et à crins". Je vous conseille de regarder à partir de la journée de mercredi:

http://jt.france2.fr/13h/

    28 Re: Europa Park dans la presse
le Mar 23 Juin 2009 - 18:08

Floriane


Voila une interview de Roland Mack paru sur le site internet WELT ONLINE que j'ai traduis approximativement.

WELT ONLINE : M. Mack, à Europa-Park, il y a onze pays, lequel est le plus populaire?
Roland Mack: Le propriétaire de chacun. Les clients français vont d’abord dans le quartier français, les Suisses dans le domaine suisse.

WELT ONLINE : Et quel repas est le plus populaire ?
Mack: L’escalope avec des pommes de terre est le numéro un. Les Pizzas et Döner (jamais vu de döner à EP?) sont également populaires. Nous proposons également des spécialités de chaque pays. Mais la plupart des clients veulent manger ce à quoi ils sont habitués.

WELT ONLINE : Cette crainte est surprenante car à l’opposé ils ont la volonté de monter dans les montagnes russes les plus sauvages.
Mack: Nos manèges donnent le sentiment d'un risque, sans en être un. L'excitation est grande, mais on le sait, il vient à une fin de sécurité. Les personnes en Allemagne sont habituées à faire confiance à des normes techniques. Ils entrent également chaque jour dans leurs voitures et vont ainsi à un niveau sensiblement plus élevé de risque. Un risque résiduel est d'ailleurs toujours et partout. Le plus dangereux est, sur le monde à venir, la fin avec la mort.

WELT ONLINE : Les femmes et les hommes se distinguent t’ils lors de l'utilisation de montagnes russes?
Mack: Pas vraiment. Sur les grands huit très rapides il y a un peu plus d'hommes.

WELT ONLINE : Y-a-t-il des différences nationales dans l'anxiété?
Mack: les Italiens et les Espagnols sont plus hésitants, ils regardent longtemps et décident fréquemment de ne pas entrer. Les Américains et les Anglais sont les plus courageux.

WELT ONLINE : Et vous que n’oseriez-vous pas?
Mack (rires): Prendre en charge Disneyland Paris. Bien que la distance soit inférieure entre les deux entreprises qu’entre Porsche et Volkswagen.

WELT ONLINE : Que serait pour vous une aventure?
Mack: Ma dernière grande aventure était la montagne russe "Blue Fire" et de savoir que l'on ne peut être en procès contre personne si elle ne fonctionne pas à la fin. Nous avons investi 20 millions d'euros dans "Blue Fire". C'est déjà un certain frisson.

WELT ONLINE : Ressentez-vous à Europa-Park, la crise économique?
Mack: Non, pas du tout. Notre nombre de visiteurs est meilleur, et je ne crois pas que ça va baisser au deuxième semestre. Si les gens ont moins d'argent, alors ils vont plutôt passer deux jours de vacances chez nous au lieu de voyager loin. Cela vaut pour la plupart des parcs de loisirs partout dans le monde.

WELT ONLINE : Et où les affaires marchent-elles le mieux actuellement?
Mack: En Chine, la Corée, le Vietnam et d'autres pays asiatiques ont construits de nombreux nouveaux parcs. Les projets étreignent jusqu’à mille hectares. Mais tous n’ont pas de succès. Mais en Chine seul, 10 ou 20 millions de gens dans l'année visitent les parcs déjà existants.

WELT ONLINE : Les tarifs y sont aussi bon marché?
Mack: Non, ils sont d'environ 20 dollars. Cela est environ un septième de la moyenne du revenu mensuel. La nouvelle classe moyenne veut s’accorder quelque chose.

WELT ONLINE : Comment avez-vous commencé en 1975 avec l'Europa-Park?
Mack: Nous avons commencé beaucoup plus modeste que les Chinois. Les autorités et les banques se méfiaient de l'idée et nous ont rendu la vie difficile. Mais nous restions obstinés.

WELT ONLINE : Un jeune entrepreneur peut-il aujourd'hui oser une chose semblable?
Mack: On ne peut plus débuter modestement. Les meilleures places sont occupées, l'industrie des loisirs ne se cache plus dans la phase fondateur. Nous avons également eu l'avantage de départ, notre entreprise familiale fabrique des manèges.

WELT ONLINE : Est-ce difficile en Allemagne?
Mack: Il est très difficile de trouver des fonds. De sa propre force c’est presque impossible, si on n'est pas - comme moi - né dans une famille d’entrepreneur. Je me réjouis de tout ce qui crée. Mais il y a également beaucoup de tragédies lors de tentative. Ce qui me vexe, c'est que les entrepreneurs en Allemagne ont une mauvaise réputation. Ils sont au plus bas de l'image. On entend très rarement des éloges de l'opinion publique. J'ai récemment fait planter 1000 arbres. Personne n’a dit à la mairie que c’est quelque chose de beau.

WELT ONLINE : Que signifie l'argent pour vous?
Mack: Dans les premières années beaucoup. Nous ne recevions aucun crédit, et nous ne pouvions pas toujours payer les factures à l'heure. Aujourd'hui, je peux beaucoup me permettre, mais je me base sur l'attitude de mon père, pas de nouvelle voiture, tant que l'ancienne marche encore.

WELT ONLINE : Est-ce que l'industrie des loisirs est un secteur de salaire bon marché?
Mack: Europa-Park emploie environ 3300 personnes dans plus de 100 professions : techniciens, artisans, ingénieurs, architectes, négociants hôtel. Nous proposons actuellement 60 places de formation. Il existe aussi des semi forces.

WELT ONLINE : Qui gagne le moins?
Mack: Les étudiants qui travaillent pendant les vacances chez nous. Ils reçoivent huit euros de l'heure.

WELT ONLINE : Ingénieur visionnaire, forain, entrepreneur, homme d'affaires - pour lequel de ses nombreux métiers frappe le cœur de Roland Mack?
Mack: Je suis toujours un ingénieur passionné. La technique me fascine. Je peux développer quelque chose, l'appliquer et voir les gens se réjouir. Quoi de plus beau?

WELT ONLINE : Tous les parcs de loisirs n’ont pas les mêmes succès. Disneyland Paris a eu des problèmes et n'est toujours pas venus dans les chiffres noirs. Pourquoi?
Mack: Dans la première année, 1,8 millions d'Allemands allaient là-bas encore maintenant 400 000. C'est nettement moins que les Français viennent à nous. Disney est arrivé en Europe en retard sur le marché, donc le parc ne pouvait pas s'accroître lentement. Ils devaient bosser sans bornes. Toutefois, les concurrents n'étaient pas paresseux. Au début, Disney ne s'est fait aucun ami par l'apparition un peu prétentieuse. Le chef de Disney Michael Eisner jouait lors de l'ouverture à Paris comme le Messie. Cependant il oubliait de mentionner qu'il avait reçu des subventions de milliards de l'Etat français. Là on dit déjà merci.

WELT ONLINE : Existe-t-il pour l'Europa-Park en Allemagne une concurrence?
Mack: Notre concurrence est les vacances à Majorque. La plupart des autres parcs de loisirs allemands ne dispose pas d'hôtels.

WELT ONLINE : Le divertissement est soumis à des modes et des tendances. Que faire si les montagnes russes sont soudain démodées? Avez-vous parfois peur que les parcs de loisirs pourraient disparaître comme les cirques? Mack: Il y a cependant toujours des cirques couronnées de grand succès: Krone, Knie, Roncalli, le Cirque du Soleil. Il ne faut jamais s'arrêter il faut être de plus en plus innovant. Qui est effrayé par l'avenir, réagit seulement au lieu d'agir. D'ailleurs, j'ai une confiance profonde dans les attractions. En 1921, mon grand-père a construit la première montagne russe en bois. Ce plaisir du peuple a survécu à deux guerres et plusieurs crises économiques et il est aussi frais que jamais. Le Tivoli à Copenhague a 150 ans et est toujours populaire.

WELT ONLINE : Quelle est l'importance de l'esthétique d'un parc?
Mack: Si l'environnement est laid même la plus super montagne russe ne sert à rien. Les Chinois l'ont aussi compris. La beauté est notre grande force à Rust. Les espaces verts, les vieux arbres, les fleurs. Le parc est dans le bon sens européen. Rien n'est trop éclatant ou importun. Beaucoup de gens frappent sur les murs et remarquent que tout est construit massivement, aucune coulisse bon marché.

WELT ONLINE: Vous recevrez bientôt le Président de l'Union internationale de l'industrie des loisirs. Qu'est-ce que vous y mettrez à l'ordre?
Mack: Le thème de la sécurité. Le souci de la sécurité est une tendance mondiale. L'Allemagne est le pays du TÜV, nous avons beaucoup à contribuer. Aujourd'hui même nos manèges sont les moyens de transport les plus sûrs, loin devant la voiture, l’avion et le train. Cependant nous devrions investir dans le monde entier encore plus dans des contrôles et ingénieurs de sécurité. De même, un accident en Amérique du Sud nuit à notre réputation en Europe.

WELT ONLINE: Pourquoi avez-vous décidé lors de la création, de mettre au centre de l'intérêt le motif d'Europe ?
Mack: Il est situé à proximité de trois coins de pays. Le parc était initialement prévu à Breisach, ville européenne de l'époque. Quand l'Europa-Park est né, il n'était pas encore clair de ce qu’allait devenir la CEE à l'époque avec ses sept États membres. Aujourd'hui, il n’y a entre la France et l'Allemagne plus de contrôles aux frontières, tout comme dans Europa-Park. Chez nous, il y avait avant l'euro, Europa-Park euros.

WELT ONLINE : Etes-vous un passionné Européen ?
Mack: Oui, je le suis. Mon père était prisonnier en France, mais n'a jamais mal parlé de la France. Quand j'étais jeune, les autres garçons ont parfois chanté des chansons de moquerie anti-françaises. A l'époque, c'était contre à moi déjà. Nous devions aussi beaucoup écouter, que nous avons placé le personnel français. Aujourd'hui, la moitié des salariés viennent de France.

WELT ONLINE : Vous avez toujours mentionné Walt Disney. Est-il votre modèle?
Mack: Il a révolutionné les loisirs, on ne peut que l'admirer. 20 ans avant nous, il mettait tout sur une carte et a mis son argent privé dans le projet - comme nous l'avons fait plus tard. Disneyland n’était pas une entreprise anonyme, mais une chose très personnelle. Il habitait dans le parc et s'est occupée de tout. De même, mon frère habite en plein milieu et je suis juste à côté.

WELT ONLINE : En culture, le mépris des parcs de loisirs est très répandu. Cela vous blesse t’il?
Mack: Pas vraiment. Je m'étonne seulement de la compréhension de la démocratie de ces élites nommées. Nous laissons les gens décider eux-mêmes de ce qui les amusent et leur plaisent.

WELT ONLINE : Cela vous énerve, qu'une soi-disante "haute culture soit subventionné?
Mack: En partie, le bien être, pour certaines formes de culture est aussi très important pour notre société pour le maintien. Ce qui me met en colère au contraire, c’est que dans certains länder des installations de temps libre sont subventionnées avec beaucoup de millions qui n'ont plus rien à faire avec la culture. Par exemple, le Nürburgring ou l'échec de Space Park à Brême.

WELT ONLINE : Le parc est une entreprise familiale, l'histoire de l'entreprise Mack Rides a neuf générations. Pourriez-vous laisser le parc à des managers ?
Mack: Cela me paraît très, très difficile. Cela met là-dedans trop de sang de cœur. Je n'ai pas travaillé si dur pour argenter le tout à la fin.

WELT ONLINE : Les familles ne fonctionnent pas toujours en harmonie...
Mack: Il y a bien sûr des tensions. Quand mon père est sorti de l’entreprise il voulait cogouverner tout à coup encore dans le parc. Il y avait beaucoup de conversation de règlement avec ma mère. Elle disait le garçon fait bien depuis dix ans maintenant, laisse-le.

WELT ONLINE : Y a t-il une recette pour cela?
Mack: Un bon successeur a besoin d'une formation, il faut chercher ailleurs, et affirmé clairement son intérêt. Si lui ou elle monte, la génération plus âgée commence un très long processus pour se retirer progressivement. Maintenant je me trouve dans cette situation avec mes propres fils.

    29 Re: Europa Park dans la presse
le Dim 17 Jan 2010 - 13:20

ZYadrena


Ce matin, Europa Park dans l'Est Républicain.

    30 Re: Europa Park dans la presse
Aujourd'hui à 16:18

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 2]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum